SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI
FacebookTwitterInstagram
  • fr
  • en
L'INCOMPARABLE
SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI

Les Gazelles « contentes d’elles » à l’issue de la première étape

NEJJACK - NEJJACK
Étape 1

Sur la ligne de départ de l’étape 1, l’objectif des Gazelles est le même : rentrer au bivouac ce soir en ayant trouvé toutes les balises. « On va garder notre calme et surtout notre sourire aujourd’hui », explique Jeannette, de la team 200 (Jeanette JAMES / Murielle TARRAZI - Bumper Off Road). « On va aussi être là pour aider les autres Gazelles », souligne sa coéquipière Murielle. Une fois lancées, les Gazelles mettent le cap à l’Est, en direction du soleil qui leur offre d’ailleurs un spectaculaire lever. Le répit est de courte durée, des dunettes parsemées d’herbes à chameau attendent les équipages qui se retrouvent pris au piège. S’ensuit une série de tankages, dont les Gazelles sortent en s’entraidant. « On ne va pas laisser les Gazelles toutes seules quand même », explique Florence, de l’équipage 234 (Laetitia CARRIE / Florence BUFFET - Intermarché Saint Laurent de la Salanque), alors qu’elle tracte les Gazelles de la team 168 (Céline MASSON / Johanna GACON VITTORIANO - OVELIA).

Une série de tankages de bon matin

Les équipages se mettent à plusieurs pour sortir du sable les autres, parfois à l’aide de sangles. Alia et Léa, de la team 191 (Léa BAUDIER / Alia BOUCHAMA - BMCE BANK), sortent leur cric gonflable pour soulever leur voiture et glisser dessous des plaques de désensablage. Pas de quoi décourager les Gazelles qui gardent le sourire. « C’était pour se réveiller », ironise 218 (Véronique SGARRA BERIOT / Laëtitia BERTIN - KING JOUET). Certaines navigatrices ouvrent la voie à leur copilote à pied afin d’éviter les obstacles. Et c’est payant ! « On est très contentes, on ne s’est pas tankées une seule fois », se félicite 208 (Karen HOEHN / Dana SAXTEN - Hoehn Adventures). Direction la première balise, en bord d’oasis, où les Gazelles arrivent gaiement.

Entre joie et sérieux

Amélie et Séverine, de l’équipage 182 (Séverine HYPOLITE / Amélie CRES BERTHOME - OCEAN), arrivent en se tapant dans les mains mais se rendent rapidement compte qu’elles ne sont pas au bon endroit et cherchent à se recaler par rapport aux autres. « C’était trop beau, on avait pile le bon kilométrage », s’amusent-elles. « C’est un bon début ! Pour l’instant on se fie plus aux caps qu’aux reliefs qu’on a encore du mal à lire », explique Claire, de la team 201 (Claire TRIGNAT / Julia BARTHELEMY - Photoweb). Malgré les sourires francs, les équipages gardent leur sérieux. Les 147 (Corinne TISSERAND / Jamila FRUCHART - KOWA Company & WES Worldwide Exclusive Services) sortent la calculette pour tracer leurs points et « être sûres du kilométrage ».

Des Gazelles « anges gardiens »

Sur le cap de la balise 2, les 192 (Margaux MOUY / Lucille ANTOINE - Easy VO) reculent dans un trou et nécessitent l’aide de deux autres équipages, Sophie et Susan, les 106 (Sophie FIS / Susan OSMOTHERLY - Dingo Australia) et Céline et Cécile, de la team 212 (Céline IMBERT / Cécile PAGES - AXA ASSURANCES AGENCE IMBERT PAGES) pour sortir. Un grand moment d’émotion pour Margaux, très émue après être sortie, qui remercie chaudement les Gazelles. « Ce sont des anges gardiens », confirme sa coéquipière Lucille. Les choses se corsent en direction de la balise 3 et plusieurs équipages font des erreurs. « Les balises sont trop près, on se fait avoir », s’amuse Vanessa, de la team 144 (Vanessa PARIS / Julie HU SEIK - Mca technology). Même erreur pour Caroline et Emilie, de l’équipage 213 (Emilie ESCANDE / Caroline ESCANDE - Green Cantine - Jack's burger). « C’était un peu trop beau ! », confient les Gazelles. « On sait que ça n’est pas notre balise mais ça nous permet de reprendre un point de repère fiable », admet Elvire, de la team 162 (Tania MOUMILOFF / Elvire BONDON-BOINET - HEC).

Le désert « toujours aussi beau »

La balise 3 fait également office de pause-déjeuner pour de nombreux équipages qui décompressent à l’ombre des arbres (ou de leur voiture). L’heure tourne et les Gazelles reprennent leurs caps dans l’espoir d’arriver avant 20 h en balise 7, la dernière de l’étape. Côté paysage, le désert marocain séduit les équipages. « J’ai participé au rallye de l’an dernier mais je trouve ça toujours aussi beau », s’exclame Elodie, de la team 31 (Elodie BAUDIN / Caroline PERENGO - Balloon)

L’émotion au rendez-vous sur la ligne d’arrivée

« Il y a des CP comme ça, on est particulièrement ravies de les trouver », lancent les Gazelles de l’équipage 28 (Karine LANCHAS-VICENTE / Christine FOUGERON - MARCHE FRAIS et AVR ENVIRONNEMENT) en arrivant au CP5. Si Valérie et Frédérique, de l’équipage 132 (Céline MERIOT / Marie-Eve BAUDA - 4murs) sont elles aussi « contentes d’elles » et prennent « beaucoup de plaisir », Catherine de la team 20 (Catherine KERAMIDAS / Alexandra CHAPUIS - EIFFAGE - CBA) arrive en balise 5 en lançant : « Ah les vaches ! », pour souligner les quelques difficultés rencontrées. Et ça n’est pas fini ! Les fameuses herbes à chameau du début de journée sont de retour. Le retour au bivouac se mérite ! Après cette première étape, la satisfaction se lit sur les visages mais l’émotion est palpable sur la ligne d’arrivée. « C’est l’émotion d’être arrivée, après une journée chargée mais on est contentes de nous et surtout d’être rentrées au bivouac pour la nuit », affirme Valérie de la team 156 (Marlène VILOTTE / Valérie DUBOURDY - LITTLE BRIDGE).

2019-03-22T14:38:35+02:00

PARTENAIRES

#FreeNasrin

Dominique Serra dédie cette 29ème édition à Nasrin Sotoudeh – célèbre avocate Iranienne et militante des droits humains – qui purge une peine de prison de 38 ans et 148 coups de fouet pour « incitation à la débauche » pour avoir  défendu des femmes qui ont enlevé leur foulard en public.

J’engage toutes et tous à signer la pétition pour la soutenir et demander sa libération.