SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI
FacebookTwitterInstagram
  • fr
  • en
L'INCOMPARABLE
SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI
INFOS LIVE2019-03-21T07:45:43+02:00

INFOS LIVE

RALLYE AÏCHA DES GAZELLES DU MAROC 2019

ÉTAPE 6 – MARATHON

OULAD DRISS – FOUMZGUID

ÉTAPE 6 – MARATHON

OULAD DRISS – FOUMZGUID

NOMBRE DE CP 11

KM IDÉAL 220km

TEMPS ESTIMÉ 16h45

TERRAIN barcanes, zones de sable (erg Chegaga), lac asséché et grands reliefs

Les étapes marathon c’est comme les trains … une première peut en cacher une autre.
Pas le temps de souffler les Gazelles repartiront sur une marathon pour cette ultime étape.

Dans cette région, celle que nous nommons CHEGAGA, il y a le sable, les collines, le djebel Bani, l’oued Draa … et le vent ! Ici ce sera l’ennemi public numéro 1. Déjà la navigation n’est pas aisée tellement les repères sont loin mais quand les éléments s’en mêlent alors tout se complique.

Et puis en plus de la visibilité souvent médiocre il y a ces fichues dunettes d’à peine 2 mètres de haut. Impossible de tenir le cap … on monte, on descend, on monte, on descend … et ça sur des kilomètres … Enfin des heures car ici on ne compte pas en distance mais en temps. Les navigatrices auront toute leur attention portée sur ces points de repère qui apparaitront au gré des montées et descentes… Seul véritable moyen de tenir un cap. Mais si le vent s’en mêle alors ce sera de l’estime … comme en pleine mer !

En fin de cette première journée, les meilleures attaqueront les dunes. L’erg est moins impressionnant que celui de MERZOUGA, mais cela n’est qu’une impression. Cette sensation de « surfer » les dunes pourraient vite être freinée par une dune plus instable qu’une autre ou plus exposée. Le vent a aussi fait son œuvre ici pour compliquer la tâche de nos Gazelles.

Quoiqu’il en soit au programme de ce soir, une dernière nuit, seules, entre Gazelle dans le calme feutré des dunes

Pour la matinée du lendemain, l’objectif sera de sortir de cet Erg. Quel que soit le parcours choisi, les Gazelles le traverseront avec plus ou moins de difficulté. Il ne faudra pas perdre du temps précieux à s’ensabler… ce serait dommage de craquer si près du but.

Et puis une fois extirpé de ces si belles collines ensablées, ce sera un retour vers le dernier bivouac. Pas par la route directe … trop simple. Encore quelques difficultés au programme : le Lac IRIQUI et sa montagne sans pieds, les crêtes de dinosaure et ses passes qui passent pas, les falaises du M’daouer jalousement gardées par son soldat sumérien… Et puis ce sera l’arrivée au bivouac. C’est instant plein de fierté, de bonheur et aussi de regret… celui de ne pas vouloir que ça se termine, celui de vouloir encore un peu de désert.

Une dernière nuit de fête au bivouac et ce sera la route pour le bord de mer. Pour un autre monde…

NOMBRE DE CP 11

KM IDÉAL 220km

TEMPS ESTIMÉ 16h45

TERRAIN barcanes, zones de sable (erg Chegaga), lac asséché et grands reliefs

Les dernières Gazelles sont bien arrivées et vont pouvoir, elles aussi, profiter de la soirée.

Il est 20 h, la fête a déjà commencé. On attend plus que 8 équipages sur le bivouac !

Ça se bouscule sur la ligne d’arrivée ! Les Gazelles arrivent les unes après les autres le sourire aux lèvres !

Sur la ligne d’arrivée, Catherine, de l’équipage 20 (Catherine KERAMIDAS / Alexandra CHAPUIS - EIFFAGE - CBA), habituée du rallye, ne cache pas son plaisir !

Aïe aïe aïe… Les Gazelles viennent de casser… à 4 km de l’arrivée… elles risquent de devoir faire appel à la mécanique et perdre des kilomètres.

54 équipages ont déjà franchi la ligne d’arrivée.

Triste nouvelle pour les Gazelles de l’équipage 202 (Virginie DUEDAL / Fabienne GALIDIE - FRANCE ENVIRONNEMENT), quatrième au classement général, qui vient de faire un appel à assistance mécanique juste avant sa balise 10. Un appel qui lui coûtera des points de pénalité et… des places au classemnt.

A croire que les Gazelles de l’équipage 149 (Jessica VANAKER / Micheline DELAUNAY - CLAAS FRANCE) voulaient se compliquer la vie une dernière fois…

Les équipages 131, 164, et 220 ont contourné l’erg par le nord et sont à la traîne…

Tout est bon pour marquer la joie d’être enfin arrivées au terme de neuf jours d’aventure.

L’équipage 600 est arrivé en chantant après avoir validé toutes ses balises du jour.

« On est tellement contentes d’être arrivées ! », s’exclame Emilie, de l’équipage 507.

L’équipage 117 a été rappelé à l’ordre : le PC Course l’a appelé pour les faire reprendre un cap vers le nord.

Les équipages 154, 110, 206 et 222 ont déjà passé la ligne d’arrivée.

Chez les 4×4, l’équipage 200, premier au classement, fait toujours la course en tête.

Karima et Dounia, de l’équipage 222, sont elles aussi rentrées au bivouac ! Pas de classement cette année pour les Gazelles habituées du TOP10 mais elles ont pris du plaisir et c’est là l’essentiel !

Géraldine et Sylvie ont été les premières à franchir la ligne d’arrivée, à 13h.

Les deux Gazelles n’avaient pas pu prendre le départ hier pour l’étape marathon à cause de problèmes mécaniques.

Au lieu de partir vers l’ouest, en direction du bivouac, Sandrine et Isabelle, sont allées au Nord, dans la montagne. À croire qu’elles ne veulent pas rentrer !

Mauvaise nouvelle pour des équipages qui n’ont pas validé à temps la balise 4 et doivent donc rentrer au bivouac… Il s’agit des équipages 145, 146, 160, 183 et 227.

Elles ont l’air pressées de passer la ligne d’arrivée !

Les Gazelles sont arrivées en balise 7 et vont bien. Leurs proches vont pouvoir de nouveau les suivre.

Cloé et Mélanie n’ont pas disparu dans les dunes. Les Gazelles ont simplement un petit problème d’Iritrack qui sera bientôt résolu.

Elles sont bien passées en balise 6 ce matin à 7h26.

Il reste 50 minutes aux Gazelles pour valider leur 4ème balise.

Les Gazelles avaient été prévoyantes et beaucoup ont dormi en balise 6 pour être sur place dès l’ouverture, ce matin à 7h.

Une quinzaine d’équipages qui a dormi en balise 4 décide finalement de ne pas s’engager dans les dunes. La prudence est de mise pour ce dernier jour !

ÉTAPE 5 MDJS – MARATHON

MECH IRDANE – OULAD DRISS

ÉTAPE 5 MDJS – MARATHON

MECH IRDANE – OULAD DRISS

NOMBRE DE CP 12

KM IDÉAL 270km

TEMPS ESTIMÉ 17h

TERRAIN navigation fine, nuit sous les étoiles, sable et paysages majestueux

Déjà 5 jours d’épreuve et il est fort à parier que capital énergie devrait être bien entamé.

Plus de 270 kilomètres sur le papier, soit plus de 320 km réalisés en autonomie totale, pas d’assistance mécanique le soir, pas de ravitaillement carburant, un bivouac improvisé et 12 CP à valider sur les deux jours.

Dès le premier jour les difficultés sont bien là. Il va falloir naviguer avec beaucoup de finesse, ne pas se précipiter et choisir son parcours à bon escient. En effet dès le début de l’étape c’est « l’enfer des Gazelles ». Et franchement la zone porte bien son nom. Tous les ans lors des reconnaissances on se demande comment les Gazelles font pour ne pas devenir folles !

A partir du CP4, ce sera plus facile. Si les plaines vont s’étendre au-delà du regard, les caps vont grandir et il faudra espérer que le vent ne sera pas de la partie pour masquer les reliefs qui serviront de repères aux Gazelles.

Le soir ce sera une première nuit sans le brouhaha du bivouac. Un moment de partage et d’échange entre Gazelles. Une Nuit sous les étoiles.

Seconde journée, cette fois ce sont les plaines sablonneuses de l’Oued Bou Haiara qui s’offre aux compétitrices. Du sable il y en aura, pas aussi majestueux que lors de l’étape de l’Erg Chebbi certes mais pas forcément moins pervers… au contraire.

La confiance entre navigatrice et pilote devra être totale pour déjouer tous les pièges de navigation et les difficultés du terrain. Mais alors quels paysages … du noirs, du marron, du jaune, du rose, du gris. Toute la palette des couleurs du désert devant elles. Et puis l’espace, des étendues vierges de toute vie hormis celle des nomades proches des puits qui parsèment le secteur.

Les retours au bivouac devraient s’étaler jusque tard dans la nuit. Il serait sans doute présomptueux de dire que le podium est déjà figé, par contre il serait prudent de ne pas oublier qu’il peut se perdre rapidement … très rapidement. C’est à la dernière étape de rendre le verdict et demain ce sera encore marathon !

NOMBRE DE CP 12

KM IDÉAL 270km

TEMPS ESTIMÉ 17h

TERRAIN navigation fine, nuit sous les étoiles, sable et paysages majestueux

Les derniers équipages viennent d’arriver : les Gazelles dormiront donc toutes ce soir dans le confort du bivouac.

Les équipages 20, 127, 194, 220 sont en chemin pour le bivouac. Toutes les Gazelles dormiront au bivouac ce soir afin de préparer au mieux l’étape 6.

A 20h, 80 équipages étaient rentrés au bivouac…Il y en a qui vont rentrer tard…

Malgré la nuit qui menace, des équipages tentent de valider le CP10 avant sa fermeture à 20h. Courage !

47 équipages sont rentrés au bivouac !

L’équipage 135 (Karine DUBOEUF / Prescillia FAGUNDES - ottobock) vient de valider son CP9 alors qu’il ferme à 19 heures. Bravo !

L’équipage 211 (Virginie BIESSE / Camille Duchaussoy-Legiret - La ville de SERRIS 77700) s’évade. Les Gazelles ne prennent pas le bon cap.

L’équipage 148 (Elodie BOUET-BAGUET / Nathalie HARDOIN - APVL ingénierie) prend la route vers Zagora. Elle en a donc pour 2h30 de route. Mais au moins, elle sait où elle va !

Beaucoup d’équipages, qui rentrent vers le bivouac, ont pris la piste plutôt que de suivre la route…

Un tiers de la course se situe entre les balises 9 et 10.

L’équipage 148 (Elodie BOUET-BAGUET / Nathalie HARDOIN - APVL ingénierie) est tanké dans les dunes au milieu de la plaine de Tafraoute. L’assistance mécanique est en route.

Dans le désert, les tempêtes de sable peuvent être impressionnantes mais durer seulement 5 minutes. Le vent s’est calmé. Pourvu que ça dure. Sinon, chacun a prévu son masque de ski !

Les équipages 200 (Jeanette JAMES / Murielle TARRAZI - Bumper Off Road) et 238 (Hélène GRAND'EURY / Charlotte ZUCCONI - AFFI MOBILE), qui étaient en tête de course ce matin, ont semble-t-il fait une bonne pause-déjeuner. Elles ont bien eu raison vu la chaleur du jour ! D’autant plus qu’elles ont toujours un aussi beau tracé qui les mène vers la balise 10.

Sur le bivouac, le vent se lève et il avoisine les 50 km/h.

L’équipage 165 (Delphine BRIERE / Sylvie DAVID-BOULIN - Conseil National des Femmes Françaises ( CNFF)) est en tête de course et se trouve à mi-chemin entre la balise 10 et 11.

L’équipage 139 (Béatrice FOURNIER / Chloé FOURNIER - FEBRE) a eu une surchauffe de sa boîte de vitesse. Il fait chaud et lourd aujourd’hui. Mais elles ont pu repartir sans intervention.

L’équipage 162 (Tania MOUMILOFF / Elvire BONDON-BOINET - HEC) s’éloigne du parcours avec l’équipage 601 (Charlène LESTIENNE / Barbara BARBIER - ASSURANCES LESTIENNE) en 8G. Est-elle en train de rentrer au bivouac ? C’est peut-être plus prudent…

Les équipages 500 (Pascale BACQUEVILLE / Margaux MASSÉ - MOOD), 503 (Bénédicte FLORENTIN / Sabine GOUTIER - EDF) et 507 (Emilie AUBERT / Gaëlle BRUNERIE - AVENIR ENERGIES), chez les E-Gazelles VINCI Immobilier, ont raté le CP8. Mais peu importe, elles sont en route vers la balise 9.

L’équipage 154 (Géraldine VIGIER / Sylvie GODEAU-GELLIE - LA CABANE DU ROUTIOUTIOU) est sur le retour. Elles roulent en deux roues motrices depuis hier, après avoir cassé leur cardan.

L’équipage 103 (Sandrine SAVEL / Florence CARLE - APPEL - Association Philanthropique de Parents d'Enfants atteints de Leucémie et autres cancers) cherche le CP10. Il est juste à leur ouest. Mais les Gazelles sont sur la mauvaise piste. Vont-elles retrouver la bonne piste ?

Ça y est, l’équipage 161 (Audrey LEPINE / Kattel CORCUFF - VW FINANCIAL SERVICES) a trouvé la sortie. Malheureusement, c’est un peu trop tard. Elles sont arrivées à 12h02 à la balise 6 alors qu’elle fermait à 12h.

ÉTAPE 4

NEJJACK – MECH IRDANE

ÉTAPE 4

NEJJACK – MECH IRDANE

L’étape 4 annulée pour des raisons d’intempéries.

Après de fortes pluies durant la nuit, le parcours de l’étape 4 n’est pas praticable en assurant la pleine sécurité des équipages de Gazelles. La direction a donc décidé d’annuler l’étape.
Les conditions météo doivent s’améliorer dans la journée et les Gazelles reprendront l’aventure pour l’étape 5.

NOMBRE DE CP 7

KM IDÉAL 110km

TEMPS ESTIMÉ 8h

TERRAIN 2 oueds à traverser, reliefs marqués, vallées caillouteuses

Direction le bivouac de Mech Irdane.
Alors on pourrait croire que la distance moindre de cette étape en fera une simple formalité mais en fait non.

Toutes les fines connaisseuses le savent. Dans le secteur, les difficultés principales se nomment OUED ZIZ et OUED RHERIS. Alors si le premier est relativement ouvert, le second est plutôt avare en termes d’ouverture. L’Oued Rhéris est souvent jugé comme infranchissable, il est bordé de falaises hautes de plusieurs mètres. Et puis quand les rives de l’oued laissent apparaître un passage, c’est son lit gonflé de boue qui freine toute les ardeurs … où tous les véhicules d’ailleurs. Il ne faudra pas se tromper et choisir le passage adéquat.

Et ensuite on pourrait croire que les choses vont d’arranger … et bien pas vraiment. Il va falloir s’extirper de l’oued et naviguer entre des reliefs très marquées et des vallées fermées par des cailloux plus gros les uns que les autres. Une erreur et ce sera un demi-tour obligatoire.

Décidément rien n’est jamais simple sur le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc.

Et puis demain c’est encore route vers le couchant !

NOMBRE DE CP 7

KM IDÉAL 110km

TEMPS ESTIMÉ 8h

TERRAIN 2 oueds à traverser, reliefs marqués, vallées caillouteuses

L’équipage 230 (Delphine ZEDET / Marion DELON - NIMAZUR) est ému également. « C’était difficile émotionnellement et physiquement parlant. Jusqu’à 19 heures, on était inquiètes. Finalement, on a bien fait de dormir sur place. On a dormi plus longtemps, de 10h à 6h et mieux. Et maintenant, on va pouvoir se prendre une bonne douche. »

A l’arrivée au bivouac, l’équipage 215 (Céline RICHARD / Océane RUELLE - Soignon) ne peut s’empêcher de lâcher quelques larmes. « C’est l’émotion qui retombe. Heureusement qu’on était 7 équipages. Le sable était tellement mou en fin de journée. Le camion ne passait pas. Au final, on a décidé de bivouaquer. On a planté les tentes et on s’est fait un bel apéro. On s’est racontées nos galères,  nos vies. C’était super ! « 

L’équipage 185 (Lauranne TORNAMBE / Estelle FERRARA - HC Résidences) a très bien dormi au pied des dunes. « On a mis 5 heures pour aller du CP2 au CP3. C’était l’autoroute. Il y a eu plein de tankages. On voulait rentrer et finalement, on est très contentes d’avoir passé la soirée ensemble, c’était très émouvant comme moment… »

Ce matin, les Gazelles qui ont dormi au pied des dunes cette nuit sont rentrées. Elles ont eu droit à un joyeux comité d’accueil des autres Gazelles et des organisateurs. « Pour les Gazelles, allez, allez… »

Pour ne pas prendre de risques, la direction du rallye a préféré neutraliser complètement l’étape 4 prévue aujourd’hui.

Il a plu toute la nuit. Le bivouac est plein de gadoue. A 6h, Dominique Serra, la directrice et fondatrice du rallye et Ludovic Taché, le directeur sportif, annoncent que la course est neutralisée. Prochain briefing à 8h. Vont-elles faire une épreuve de 4 nages aujourd’hui ?

ÉTAPE 3 TSARINE

NEJJACK – NEJJACK

ÉTAPE 3 TSARINE

NEJJACK – NEJJACK

NOMBRE DE CP 6

KM IDÉAL 60km

TEMPS ESTIMÉ 8h30

TERRAIN vaste zone de sable : erg Chebbi

Nous y sommes.
La journée la plus compliquée, personne ne sait à l’avance mais la journée la plus redoutée c’est sûr … Le jour du sable.

Pour les catégories AUTO/CAMION et QUAD/SSV/MOTO, Il faudra passer les dunes, aucunes échappatoires possibles. Cependant les équipages auront le choix entre 3 parcours : Z, Y ou X.

Un parcours Z qui serpentera aux pieds des dunes pour les moins aguerries. Ne croyez pas que cela sera la plage tout de même car même si les pentes sont moins raides et les creux moins profonds, c’est toujours le même sable.

Une autre trace, le parcours Y. Là, on fleurte avec les plus hauts sommets de sable. Pas forcément de souci de navigation là encore mais le relief est plus accidenté et les difficultés iront croissantes tout du long de la progression.

Enfin le parcours X qui sera le terrain des plus audacieuses. On parle ici de murs de sable qu’il faudra contourner, les amadouer pour qu’ils offrent leur passage. Des balises visibles de loin mais qui seront souvent si compliquées à approcher.

Pour les catégories Crossover/Hybride, E-Gazelle Auto ou E-Gazelle Buggy/Prototype, pas de « grandes » dunes mais pour autant ce n’est pas une journée de repos qui s’annonce et les oueds sableux à franchir opposeront une résistance digne de nom.

En fin de journée, quelque soit la catégorie, ce n’est pas sans une certaine fierté que les gazelles pourront profiter de la soirée… la fierté d’avoir vécu cette journée. Et il en reste encore !

NOMBRE DE CP 6

KM IDÉAL 60km

TEMPS ESTIMÉ 8h30

TERRAIN vaste zone de sable : erg Chebbi

Les équipages 141, 149, 163, 170, 182, 185, 210, 211, 215, 227 & 230 plantent leur tente dans les dunes ce soir. Elles ont jusqu’à dimanche midi pour valider leur arrivée au bivouac et prendre le départ de l’étape 4.

Après une journée éprouvante dans les dunes, les Gazelles se sont vues offrir du champagne Tsarine sous la tente bar. Après l’effort, le réconfort…

Certains équipages vont-ils dormir dans le désert, à la belle étoile ? Pour valider l’étape, ils devront être rentrés au bivouac demain à 12h maximum.

Il est 19h passé. Le CP5 est fermé !

19 heures, le jour se couche, il reste 56 équipages dehors

Une quinzaine d’équipages sont encore dans les dunes, entre les balises 4 et 5. Et à peine la moitié sont sorties de la balise 4…Il va falloir rentrer les filles, il fait nuit dans une heure…

Assez présent depuis le début de cette 29ème édition, le vent se fait plus présent en cette fin de journée. Il est fatal car il transforme les dunes d’une seconde à l’autre…

Une trentaine d’équipages sont encore dans les dunes. Ça y est, elles en sont tombées amoureuses et ne vont plus vouloir rentrer. Ou bien elles jardinent. A chacun son interprétation…

Une dizaine de Gazelles font actuellement demi-tour à la balise du parcours Y. Elles remontent vers le nord en direction du bivouac.

A 17h, 45 équipages sont rentrés au bivouac. Beaucoup sont encore dans les dunes

Pour l’équipage 146 (Catherine MARTIN PAVESI / Betty BRESLAU BRICOUT - LES CHERUBINS Réseau de Micro Crèches), la journée se termine. Elles s’arrêtent après avoir validé leur CP4 du parcours Z.

C’est bien souvent le jour des dunes qu’elles sont le plus nombreuses les demandes d’assistance. Elles sont coriaces et le directeur sportif avait prévenu : « elles vont être difficiles. » Résultat : 6 appels d’assistance mécanique en même temps !

Le CP3 est en train de fermer. Et certains équipages ne l’ont pas validé…

Il va y avoir beaucoup de nouvelles plantations dans le désert…Vu comme l’équipage 222 (Karima LAAROUSSI-MOUHYI / Dounia BENNANI-MAZHAR - MAISON NICOLE & MOON GARDEN) jardine dans les dunes. A se demander si elles ne cherchent pas la sortie…

L’équipage 600 (Sihame NABIL (EL HORFI) / Amel NABIL (ELKHAL) - Sybelles.ski) rentre au bivouac suite à une roue endommagée et à un problème de batterie.

L’équipage 171 (Sandrine GRILLET / Ivy HOWERTON), sur le parcours Z, a validé toutes ces balises. Mais elles se sont rajoutées quelques kilomètres de détour sur la fin…

L’équipage 315 (Jennyfer SIMONET / Clémentine ANDRE - Votre Nounou à Tours - CHANTAL ANDRE) n’a pas réussi à trouver son CP1. La balise est désormais fermée. Elles rentrent au bivouac…

L’équipage 106 (Sophie FIS / Susan OSMOTHERLY - Dingo Australia) a fait une superbe journée, un superbe tracé. Elles ont validé toutes leurs balises. Et pour rentrer au  bivouac, après avoir fait le plus dur, elles sont en train de se tromper…

Déjà des retours…Les équipages 137 (Elise FABRE / Eva L'HOSTIS - ID Logistics) et187 (Manon STALENQ / Paola GENTILI - FLORENCE CHAUSSURES) sont en train de rentrer au bivouac. La journée fut courte pour elles….

Les premiers équipages sont à la balise 5 du parcours X ! Bravo aux équipages  200 (Jeanette JAMES / Murielle TARRAZI - Bumper Off Road)  et  31 (Elodie BAUDIN / Caroline PERENGO - Balloon).

 

 

Et premier tankage de la journée pour l’équipage 218 (Véronique SGARRA BERIOT / Laëtitia BERTIN - KING JOUET). Ce n’est que le début…

L’équipage 238 (Hélène GRAND'EURY / Charlotte ZUCCONI - AFFI MOBILE) est passé juste à côté de sa balise, la CP2 du parcours X.

Les E-Gazelles sont parties en décalé. Elles ont été amenées au sud de l’erg pour leur éviter d’avoir une liaison trop longue sur le goudron. Elles sont sur le parcours G, adapté à leurs véhicules et à leur autonomie.

 

ÉTAPE 2

NEJJACK – NEJJACK

ÉTAPE 2

NEJJACK – NEJJACK

NOMBRE DE CP 7

KM IDÉAL 117km

TEMPS ESTIMÉ 8h45

TERRAIN vastes plaines, premières difficultés et zones de sable

Day of cauliflowers … en français le jour du choux-fleurs…
Rien à voir avec le repas servi le soir au bivouac, c’est juste une « petite » plante qui ressemble à un gros choux fleur vert et gris, qui en plus de ne pas être comestible est aussi dure que de la pierre. Ordre de ne pas y mettre les roues.

Les deux premiers CP ne seront qu’une formalité car pointé automatiquement pour accéder à la zone des réjouissances du jour.

Day of cauliflowers … en français le jour du choux-fleurs… Rien à voir avec le repas servi le soir au bivouac, c’est juste une « petite » plante qui ressemble à un gros choux fleur vert et gris, qui en plus de ne pas être comestible est aussi dure que de la pierre. Ordre de ne pas y mettre les roues.

Et puis s’il n’y avait que ces maudites plantes…Il y aura aussi des oueds plus ou moins profonds, plus ou moins franchissables. Des fois on rentre dans l’oued pour n’en sortir qu’à plusieurs centaines de mètres du cap initial…

Et puis s’il n’y avait que ces maudits oueds …Il y a si peu de reliefs marqués sur ce secteur. Et puis quand il y en a, ils sont souvent trop loin pour ne pas être masqués par les brumes de chaleur. Pas facile de naviguer sans point de repère.

Une journée où décidément il faudra s’armer pour en déjouer tous les pièges. La soirée au bivouac devrait être la bienvenue et puis un peu de repos ne fera pas de mal avant la journée pelletage du lendemain !

NOMBRE DE CP 7

KM IDÉAL 117km

TEMPS ESTIMÉ 8h45

TERRAIN vastes plaines, premières difficultés et zones de sable

Faute d’avoir vu beaucoup de choux-fleurs comme on leur avait annoncé, les Gazelles ont décidé de « jardiner », comme on dit dans le jargon du rallye, c’est-à-dire qu’elles tournent autour d’un point pour le trouver, en l’occurrence ici leur balises.

Comme d’autres avant elles, Audrey et Kattel ont eu droit à leur petit coup de fil du PC course alors qu’elles se dirigeaient dans la mauvaise direction pour atteindre le CP7.

Charlotte et Hélène, de l’équipage 238 (Hélène GRAND'EURY / Charlotte ZUCCONI - AFFI MOBILE) comptent bien garder leur première place au classement et réalisent un tracé quasi parfait pour cette étape 2 !

Mais elles ne sont pas les seules. Derrière elles, Jeannette et Murielle, de l’équipage 200 (Jeanette JAMES / Murielle TARRAZI - Bumper Off Road) cherchent à prendre leur place… Verdict demain !

 

Les équipages 31, 222 (panne mécanique), 503, 507 et 510 sont de retour au bivouac, 9 heures après l’avoir quitté, soit le timing prévu par le directeur sportif.

Les Gazelles qui n’ont pas validé la balise dans les temps ne peuvent plus continuer.

Laurence et Marie font décidément une belle journée avec de beaux tracés. Elles sont les premières à être passées en balise 8.

Emilie et Gaëlle sont rentrés au bivouac après avoir validé les 9 balises du jour ! Bravo !

Karima et Dounia sont de retour au bivouac. Elles espèrent désormais trouver rapidement une nouvelle pièce pour reprendre au plus vite la compétition.

Elles ont finalement annulé leur appel assistance mécanique.

Karine et Cindy sont tankées juste après la balise 6, elles ont passé un appel à assistance mécanique pour sortir.

C’est un peu ce qui se passe pour l’équipage 136 (Marie FABIANI / Béatrice DUBROCA - OPEN GROUPE PAVILLON PRÉVOYANCE) qui cherche désespérément sa balise 4… Sauf qu’elles ne sont pas du tout au bon endroit !

La course avance plutôt bien pour cette étape 2. Les équipages 123 et 139 sont déjà arrivés au CP7.

Dans le haut du classement, les équipages 200 et 238 se rapprochent également !

Le CP3 est fermé depuis 14h. Tous les équipages y sont passés sauf le 222, qui a eu un souci technique et l’équipage 31, arrivé trop tard.

Vanessa et Julie ont fait appel à la mécanique, qui doit se rendre sur place.

Prune et Saadia, de l’équipage 30 (Prune SALTI / Saadia CHAMALI - GCF FOURCHARD & RENARD EIFFAGE) ont réussi à récupérer  leur roue. Le reste de leur matériel perdu (dont un jericane d’eau) a été récupéré par les Gazelles de l’équipage 25 (Véronique DE SYBOURG-SIFFERT / Laurence BRASEY - Michel Riedo&Fils SA). Une belle marque de solidarité !

Le point à 13h : les équipages en tête arrivent bientôt à la balise 6. La majorité de la course, elle, est entre les balises 4 et 5.

Prune et Saadia ont perdu leur roue de secours et vont devoir rebrousser sur 2,5 km pour la récupérer. Au total, cette perte leur coûtera donc 5 km. Une dure nouvelle pour les Gazelles qui jouent le classement…

Alors que l’heure de la pause déjeuner approche, les véhicules électriques ont eux aussi droit à un ravitaillement. Ils font le plein d’énergie avant de repartir – chargés à bloc – pour la suite de l’étape !

La course ne s’arrête pas pour Karima et Dounia ! Une réparation « de fortune » va pouvoir être réalisée sur place. L’équipage pourra rentrer par ses propres moyens au bivouac.

 

Les Gazelles sont enfin sorties de leur bac à sable !

Des nouvelles de l’équipage 222 (Karima LAAROUSSI-MOUHYI / Dounia BENNANI-MAZHAR - MAISON NICOLE & MOON GARDEN). Le véhicule a son pont-avant cassé et son train-avant bloqué… Karima et Dounia vont donc être rapatriées au bivouac. On attend le diagnostic final pour savoir si les Gazelles pourront continuer la course en hors-classement.

Le sable d’hier devait manquer à l’équipage 167 (Dianeba CISSOKHO / Catherine REGOJO GENOTAL - SNCF) qui a donc décidé d’aller y jouer aujourd’hui (alors que ça n’était pas prévu… Dommage pour elles, elles ont perdu… et sont donc tankées !

Les Gazelles de l’équipage 194 (Bénédicte CAPPELIER / Marie-Hélène ENISCOURT - VIVARTIS) ont décidé de revenir dans la course après une petite visite touristique et un détour de 25 kilomètres…

L’équipage 132 (Céline MERIOT / Marie-Eve BAUDA - 4murs) a eu droit à un coup de téléphone du PC course pour les mettre en garde et les empêcher d’aller encore plus à l’Est.

ÉTAPE 1

NEJJACK – NEJJACK

ÉTAPE 1

NEJJACK – NEJJACK

NOMBRE DE CP 7

KM IDÉAL 115km

TEMPS ESTIMÉ 8h30

TERRAIN vastes plaines, premières difficultés et zones de sable

NOMBRE DE CP 7

KM IDÉAL 115km

TEMPS ESTIMÉ 8h30

TERRAIN vastes plaines, premières difficultés et zones de sable

Il est minuit : les équipages 125 et 225 viennent d’arriver au bivouac. Tous les équipages dorment à la maison, ce soir !

Le soleil se couche doucement et les Gazelles rentrent doucement aussi. Elles ne sont que 71 à être rentrées au bivouac à cette heure-ci, soit moins de la moitié !

18h30, ça y est, le CP4 vient de fermer.

L’équipage 601 (Charlène LESTIENNE / Barbara BARBIER - ASSURANCES LESTIENNE) et 600 (Sihame NABIL (EL HORFI) / Amel NABIL (ELKHAL) - Sybelles.ski) ont fait appel à l’assistance. Leurs deux prototypes de buggy électrique n’a a priori plus de batterie.

L’équipage 131 (Hélène FABRE / Nathalie LECHAT - Aux bains de Cel) n’a pas choisi les meilleures options…Il se trouve actuellement coincé entre deux reliefs qui ne semblent pas leur faire peur. A gauche, un erg, des champs de dunes, à droite, une montagne. Entre, elles semblent suivre une piste tracée récemment…Vont-elles y restées coincées ou se débrouiller telles des Gazelles aguerries ?

L’équipage 120 (Virginie GRIZON-SAMIT / Audrey ANTECH) vient de se détanker. Comme des grandes ! Elles en veulent nos Gazelles !

Le CP3 vient tout juste de fermer.

L’équipage 601 (Charlène LESTIENNE / Barbara BARBIER - ASSURANCES LESTIENNE), un des deux buggys électriques, arrive sur son CP4. Il leur reste 3 balises à valider si elles vont jusqu’au bout du parcours. La journée risque de se terminer tard pour elles et pour bien d’autres.

Les appels mécaniques continuent. Ils ne sont pas si nombreux vu l’heure. Cette fois-ci, c’est l’équipage 150 (Chantal PORTHAULT / Marisa IASSOGNA - Garage & carrosserie de Bellevue F. Iassogna SA) qui demande une assistance pour un possible problème de roulement de roue.

L’équipage 169 (Nathalie RUDENT / Isabelle CARLIER) vient de rentrer au bivouac avec deux balises validées. La première a été trouvée sans accros. Pour la seconde, ce fut une autre paire de manche. Elles ont mis 4 heures à la voir alors qu’elles n’étaient qu’à 6 kilomètres. Elles étaient parties en sens inverse…

L’équipage 110 (Helen TAIT WRIGHT / Haley BENNETT - DaisyVie/Landypoint) vient de rentrer au bivouac. Après avoir validé son CP1, elles n’ont pas trouvé d’autres balises. Mais elles ont passé une bonne journée en visitant « Coeur de Gazelles », l’association solidaire qui accompagne notamment le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc.

A 15h fermait le CP2, comme il est indiqué sur chaque road-book de Gazelles.

A 14h30, 31 équipages ont validé leur CP3 sur les parcours D et E sur les 52 prévues.

L’équipage 145 (Lylia ABDAOUI / Saliha BENTABET - JEAN LOUIS DAVID`) rencontre des difficultés de progression dans le sable. Et il n’a pas encore validé de balises.

L’équipage 190 (Anne-Marie BORG / Yolande BENS - CONSTRUCTIONS DU SUD OUEST - CSO) revient sur le droit chemin après avoir fait un détour en se dirigeant vers son CP3. Elle s’est rendue compte de son erreur et a vite et bien réagi !

A 13h30, la balise 1 de chaque parcours ferme. Pour celles qui n’y seront pas, il y aura sûrement quelques enseignements à tirer de cette matinée.

De la balise 2 pour aller vers le CP3, l’équipage 190 (Anne-Marie BORG / Yolande BENS - CONSTRUCTIONS DU SUD OUEST - CSO) s’y rend avec une différence de cap de 90 degrés…Vont-elles redresser le volant ?

L’équipage 124 (Marine MICHELANGELI / Christelle REYMONET - ESAF) broute toujours autant depuis ce matin. Pourtant, il n’y a pas d’herbe dans le désert ! Elles n’ont pris que des pistes et n’ont pas encore trouvé de balises…

L’équipage 601 (Charlène LESTIENNE / Barbara BARBIER - ASSURANCES LESTIENNE), l’un des deux buggys électriques en prototype, sort de l’oued Nejjack, qu’il a traversé tout du long. Elles auraient pu l’éviter et filer tout droit entre leur CP1 et leur CP2. Mais peut-être ont-elles posé leurs points au mauvais endroit ?

Les Gazelles progressent lentement mais sûrement. La journée risque d’être longue pour certaines. Avec un kilométrage idéal de 115 kilomètres, elles devraient mettre 8h30 pour valider toutes les balises. Ce qui est certain, c’est qu’après 20h, elles ne verront plus grand-chose pour s’orienter au cap…

La majorité de la course se situe entre le CP1 et le CP2. Tout va bien. Mais ce n’est que le début. En tout, elles doivent valider 7 balises sur cette première étape.

Après le prologue, le rallye est véritablement lancé.

Au menu du jour, 7 contrôles de passage sur des terrains vastes et étendus. Surveillées par l’Amada du Guir d’un côté et le monumental Erg Chebbi de l’autre, les Gazelles vont évoluer dans de grandes plaines, des reliefs à l’altitude abordable et surement gouter aux premiers oueds sableux.

Et cette fois les kilomètres en trop vont compter.

La bonne nouvelle du jour pour les Gazelles avant même le premier départ … le Royaume du Maroc n’a pas procédé au traditionnel changement d’heure cette année et donc le fameux « bonjour, il est 4 heures » s’est transformé en  » bonjour, il est 5 heures » … C’est toujours ça de gagné !

Du coup 6h, briefing. 7h, départ… Et contrairement au prologue, cette fois les kilomètres en trop vont compter.

Au menu du jour, 7 contrôles de passage sur des terrains vastes et étendus. Surveillées par l’Amada du Guir d’un côté et le monumental Erg Chebbi de l’autre, les Gazelles vont évoluer dans de grandes plaines, des reliefs à l’altitude abordable et surement gouter aux premiers oueds sableux.

Cependant tout ne sera pas si simple. Le cartographie du secteur très précise n’est pas forcement la plus explicite… un début de galère en perspective pour certaines, des premiers cris de joie à l’approche de la fameuse flamme rouge siglée de la tête de gazelle.

L’objectif du jour : continuer d’apprendre le relief, jauger les capacités du véhicule… et cela sans s’égarer et hypothéquer toute chance au classement final.

PARTENAIRES

#FreeNasrin

Dominique Serra dédie cette 29ème édition à Nasrin Sotoudeh – célèbre avocate Iranienne et militante des droits humains – qui purge une peine de prison de 38 ans et 148 coups de fouet pour « incitation à la débauche » pour avoir  défendu des femmes qui ont enlevé leur foulard en public.

J’engage toutes et tous à signer la pétition pour la soutenir et demander sa libération.