SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI
FacebookTwitterInstagram
  • fr
  • en
L'INCOMPARABLE
SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI

Tafraoute, deuxième jour

TAFRAOUTE
Cœur de Gazelles

Une journée qui commence en douceur

Le soleil ne pointe pas encore le bout de son nez que l’équipe se réveille tout doucement. La nuit a été calme, et la journée sera courte.

Aujourd’hui est en effet le deuxième jour de la caravane au sein du village de Tafraoute. Beaucoup de patients sont déjà venus consulter hier, mais la demande étant importante, Fred, le responsable de la caravane, a décidé de rester un peu plus. Après le café du matin, l’installation commence. Les patients arrivent petit à petit, et le pôle orientation patients reprend rapidement du service. La matinée est plus calme qu’hier ; les patients reçus aujourd’hui ont des besoins moins urgents que la veille.

Anass, du volet optique, reçoit tout de même un cas assez important. Ammou, un monsieur de 83 ans, est venu consulter car il ne voit presque rien. Souffrant de cataracte, il a été opéré il y a plusieurs mois mais l’opération n’a pas été une réussite, et Ammou n’a plus de cristallin (petite lentille optique située derrière l’iris qui permet à l’œil de faire la mise au point sur ce qu’il voit).

Thibaut et Audrey lui préparent une paire de lunettes de vue, mais celles-ci ne lui permettront malheureusement pas de voir de nouveau de façon nette. Il est toujours très difficile pour les bénévoles de ne pas pouvoir aider les patients autant qu’ils le voudraient ; malheureusement, pour Ammou, les opticiens ont fait leur maximum, et c’est avec un peu de tristesse qu’ils le laissent repartir.

Jolie surprise pour nos bénévoles !

Heureusement, une jolie surprise redonne du baume au cœur aux bénévoles. Lina, le bébé accouché il y a 2 ans par les gynécologues de la caravane médicale, est venue rendre visite aux médecins avec sa famille.

Rappelons-nous que le papa de Lina était venu chercher les médecins en pleine nuit car sa femme vivait un accouchement très difficile. Grâce à leur intervention, la maman et Lina se portent aujourd’hui très bien toutes les deux, et la reconnaissance perceptible dans le regard des parents est une récompense extraordinaire pour les bénévoles.

Depuis sa naissance, les parents viennent chaque année à la rencontre de la caravane, pour le plaisir de dire bonjour, et pour faire un petit bilan pour Lina. Après consultation auprès des pédiatres, le diagnostic est sans appel : Lina est en parfaite santé, et sa timidité n’empêche pas les bénévoles de la couvrir de câlins !

Les femmes et la caravane médicale

Les gynécologues ont d’ailleurs vécu elles aussi leur lot d’émotions aujourd’hui. Profitant d’un moment de calme, elles sont parties visiter le dispensaire de Tafraoute, dans lequel travaille la sage-femme du village. Le dispensaire a été mis à la disposition des femmes de la région pour leur permettre d’accoucher dans des conditions correctes, mais les habitudes sont difficiles à changer. La plupart des futures mamans préfèrent traditionnellement rester chez elles pour accoucher, sauf en cas de complications graves.

Le dispensaire est très souvent vide, malgré les efforts de la sage-femme pour sensibiliser les mamans aux bénéfices de l’accompagnement pendant l’accouchement. Les gynécologues de Cœur de Gazelles, touchées par cette histoire, ont profité de leur passage à Tafraoute pour tenter de rassurer les mamans et les pousser à se faire accompagner même sans complication.

Le volet gynécologique & les femmes

Les femmes sont au centre des préoccupations de Cœur de Gazelles : le volet gynécologique est très important car beaucoup d’entre elles sont trop éloignées des villes pour bénéficier d’un vrai suivi lors d’une grossesse, ou même en cas de soucis de santé lié à leur intimité.

Comme expliqué ci-dessus, il est de tradition pour elles d’accoucher à la maison et il est difficile de les encourager à modifier ces habitudes. Heureusement, le passage de la caravane médicale en incite une partie à venir consulter les gynécologues, la plupart du temps simplement pour être rassurées. Grâce aux sages-femmes de l’équipe, Meryeme et Noura, toutes les deux marocaines, le contact est simple et la confiance se met vite en place.

Le volet gynécologie travaille en huis clôt, à l’abri des regards, pour préserver le plus possible l’intimité des patientes. La pudeur fait en effet partie inhérente de leur culture, et encore plus envers des personnes étrangères, aussi les médecins font tout leur possible pour les mettre à l’aise.

Les gynécologues et les sages-femmes se partagent les consultations : les sages-femmes questionnent les patientes pour essayer de comprendre les symptômes, qu’elles rapportent ensuite aux gynécologues. Le diagnostic est posé ensemble, et la prise en charge se fait en fonction de lui.

Les sages-femmes s’occupent de tout le domaine obstétrique, qui concerne tout le suivi de grossesse et les relations mères-enfants. Les gynécologues s’occupent des échographies, et des soucis liés à la poitrine, à l’utérus et aux ovaires.

Les consultations sont aussi un moyen pour les bénévoles de prodiguer des conseils, à la fois pour rassurer les patientes mais surtout, pour leur permettre d’avoir les bons réflexes pour la suite. Comme tous les médecins, leur rôle médical se double d’un rôle de prévention et de sensibilisation : pour ce volet, la sensibilisation concerne par exemple la détection du cancer du sein, les bons gestes d’allaitement, la contraception ou l’hygiène. L’objectif est d’assurer la continuité des soins prodigués pendant la caravane médicale.

Cette façon de procéder rejoint la philosophie de l’association en général. Cœur de Gazelles s’investit toute l’année auprès des femmes du Maroc.

Grâce à la Fondation Diana Holding, des cours de français et d’arabe sont dispensés depuis plusieurs années aux femmes du village de Tamsguidat. En parallèle, Cœur de Gazelles a créé en 2013, en collaboration avec l’association ABFK,  une coopérative multi-service, qui propose des formations aux femmes seules, et les aide ensuite à trouver un emploi.

Une cuisine pédagogique et un restaurant d’application ont ainsi été ouverts en 2016, grâce au soutien de notre mécène de solidarité, Le Printemps Paris.

Un engagement envers les femmes qui s’inscrit dans les valeurs de Cœur de Gazelles.

2019-03-27T12:59:04+02:00

PARTENAIRES

#FreeNasrin

Dominique Serra dédie cette 29ème édition à Nasrin Sotoudeh – célèbre avocate Iranienne et militante des droits humains – qui purge une peine de prison de 38 ans et 148 coups de fouet pour « incitation à la débauche » pour avoir  défendu des femmes qui ont enlevé leur foulard en public.

J’engage toutes et tous à signer la pétition pour la soutenir et demander sa libération.